Vous n’aurez pas la veste en jean de Madame tout le monde

Vous ne pouvez pas les avoir loupées, les vestes en jean ont inondées nos rues, nos dressing, nos comptes instagram. Mais comme je vous connais bien, je sais que vous réfléchissez en ce moment même a un moyen de ne pas faire le mouton, si possible en utilisant vos petits doigts agiles, pour vous démarquer de vos petites copines. Et bien cette semaine, je vous emmène à Miami et au Pérou pour vous montrer mon interprétation de la veste en jean version La vague d’hokusai.  

 Une petite veste en jean

Vous l’avez peut être remarqué dans mon article sur le Pérou, en ce moment je ne quitte plus ma petite veste en jean remixée maison. Pour celles qui ne voient pas de quoi je parle vous pouvez le relire ici.

J’ai trouvé la veste en 2ème main pour 5$ chez Out of the Closet. D’ailleurs il faudra un jour que je vous parle des bonnes adresses « deuxième main » à SF, c’est une mine! Mais plus tard.

Là tout de suite, j’ai envie de vous parler d’abord de Miami.

Tomber amoureuse du street art made in Miami

Comment suis-je arrivée en Floride? Il se trouve que la route la plus courte entre San Francisco et la Pérou devait impérativement inclure une escale pour rester dans des tarifs raisonnables. Avec une poignée d’heures devant nous, nous avons sauté sur l’occasion avec l’homme pour voir à quoi ressemblait la cliquante Miami.

Soyons clair, si je m’étais limitée à un petit tour sur la plage et Ocean Drive, Miami m’aurait horriblement déçue.

Ce qu’on remarque en premier sur la plage, ce sont ces drôles de maisonnettes colorées…
C’est assez photogénique, mais en deux minutes on en a fait le tour…
Bibi qui se prend pour une sauveteuse avec un ciel menaçant comme fond d’écran

Le centre ville offre de jolies maisonnettes art déco sur quelques rues. Jolies, avec un charme désuet mais pas non plus à se rouler par terre…

Non ce qui m’a définitivement gagnée à la cause, c’est le quartier de Wynwood, véritable galerie à ciel ouvert…

A la base, le quartier était un ghetto assez craignos. Il y a quelques année, une fondation décide de s’y installer pour bénéficier de tout un tas d’usines abandonnées. L’idée est de faire venir des artistes sur place. Et que trouvent-ils en arrivant? Des murs taggés. Ni une ni deux, ils transforment petit à petit tout le quartier en toile vierge prête à être conquise par le talent et la créativité de graffeurs incroyables.

Les couleurs sont vibrantes, on a envie de convertir tout ça en tissus.

Il n’y a pas de chemin établi, il faut se perdre dans les rues pour découvrir des merveilles…

On trouve aussi d’intéressantes boutiques de design maintenant que les touristes ont investi les lieux.

Un détour par le Pérou

Bon et puis j’ai aussi beaucoup porté cette veste au Pérou. Idéal pour les climats chilly des hautes altitudes…

 

La semaine prochaine, je vous explique comment créer votre propre version, même si vous n’y connaissez presque rien en couture!

En attendant, vous pouvez toujours me suivre sur Instagram

La bise

Alicia

8 commentaires Ajoutez les votres
    1. Merci! bon le problème c’est que mes coutures à la main étaient un peu légères et ça commence un peu à craquer vu que je la maltraite un peu… mais je l’adore toujours autant!

    1. Oui pareil j’étais dubitative sur l’intérêt de la ville et les Français qui y étaient allés m’avaient dit aussi « c’est sympa mais pas non plus délirant ». Depuis que suis ux US je développe un goût marqué pour le street art, qu’on connait moins bien en France car on a tellement d’autres formes artistiques très développées. Ou alors c’est juste que je ne me suis pas renseignée 😄, c’est possible aussi !

  1. Vraiment trop joli ce quartier, j’espère avoir l’occasion d’y aller un jour ! Et trop mimi ta veste, j’ai customisé une veste en jeans avec des sequins pour la mi-saison aha 🙂
    A bientôt sur ton joli blog :*
    Paloma – Les yeux bleus

Un avis, une question? A vous le micro !