Shopping Couture : Que Ramener du Japon ?

J’ai toujours souffert d’un cas avancé de boulimie du souvenir de voyage… Le moindre magnet à effigie locale croisé, paf, toute conception minimaliste envolée, je voulais le rapporter. Mais ça, c’était avant la couture ! Enfin des choses que j’aurai vraiment une chance d’utiliser une fois rentrée à la maison. Et de ce point de vue là, le Japon s’est avéré être une vraie mine d’or… Allez viens, on va magaziner un coup toutes les deux…

Sewing Japan

La Mode Japonaise pour les Nulles

Avant même de me rendre au Japon, j’avais une vision bien précise de l’esthétique nippone qui ressemblait pour moi à un étrange collage mêlant les plis par millier d’Issey Miyake, les imprimés incroyables de Kenzo Takada en passant par Princesse Monoké et Sailor Moon.

Bref, il y avait du travail. 

Encore plus proche du monde de la couture, j’avais lu il y a quelques mois « Drape drape » d’Hisako Sato, une vrai leçon de minimalisme appliqué au patronage.

sewing-tokyo

Mais évidemment une fois sur place, tout était à revoir. Le Japon est vraiment un pays unique qui ne fait rien comme tout le monde. Par certains côtés, je me dis qu’ils doivent bien s’entendre avec nos amis les anglais.

Pour le néophyte qui débarque, la mode Japonaise se manifeste de deux formes fondamentalement différentes. D’un côté une uniformisation totale, avec des armées d’hommes et de femmes habillées de costumes gris et chemises blanches. De l’autre, une excentricité totale, entre des dames habillés de kimono de pied en cape comme il y a 200 ans et des look ultra modernes ou mangaisés.

C’est un véritable régal pour les yeux et une merveille de chaque instant.

sewing-tokyo
Un des superbes kimono anciens présentés dans la collection permanente du  Tokyo National Museum

Fancy Dress Made In Japan

Depuis le temps, tu dois connaître mon amour du déguisement (cette robe de marquise ou de reine de coeur devraient te rafraîchir la mémoire) et bien il semble qu’une bonne partie des Japonais (principalement des filles) partagent aussi cette passion. A tous les hub de tourisme du pays (Nara, Kyoto, Osaka), de nombreux magasins offrent la possibilité de louer un kimono (environ 30 euros) pour visiter et prendre des photos dans la tenue « appropriée ».

sewing-tokyo
un groupe de jeunes japonaises en route pour une visite au temple

Au début, j’ai pensé que c’était un truc de touriste uniquement réservé aux étrangers. J’ai vu beaucoup de Chinois, des garçons et des filles, et quelques Caucasiens le faire. Mais en fait, de nombreuses Japonaises se prêtent aussi au jeu !

sewing-tokyo
Une explosion de couleurs dans un océan de bleu sombre

Comme je n’ai pas vu de jeunes (seulement quelques dames agées) les porter à l’extérieur de ces temples, je me suis renseigné et j’ai eu confirmation : comme un smoking de nos jours, très peu de Japonais possèdent des kimonos haut de gamme dans leur dressing. Ils préfèrent les louer pour une occasion (mariage, visite des sanctuaires, etc.) pour pouvoir se prendre en photo et changer de tenue à la prochaine occasion.

D’où le développement de systèmes de location, pas bête ces Japonais.

sewing-tokyo
Un couple en pleine cérémonie de mariage à Kyoto

Et c’est valable aussi pour faire un petit pèlerinage ! 

sewing-tokyo

Ces deux charmantes jeunes filles ont été suivies par leur mère façon paparazzi (et vêtue de vêtements occidentaux), qui les a photographiés à tous les coins de ce magnifique sanctuaire perdu dans la péninsule de Kii. Cela m’a rappelé les jeunes diplômés un jour de remise du diplôme, avec Maman immortalisant l’instant toutes les 20 secondes.

A quand une version sympa pour Saint Jacques de Compostel ? Les propositions sont ouvertes !

sewing-tokyo
Un autre exemple version couple. Le vêtement du Monsieur est particulièrement chouette

C’est sûr que ça fait de belles photos !

Et bien sûr, je voulais vraiment l’essayer moi-même. Tu pourra lire mon expérience de transformation de Geisha ici.

sewing geisha kyoto maiko
Le Maiko experience au Aya studio à Kyoto

Liste de Courses Couture au Japon

Si tu es couturière, ou tout simplement si tu aimes les vêtements, voici ma liste d’articles que je te recommande d’acheter au Japon.

Option 1 : Tu as TRÈS peu d’espace

1. le Washi Tape

Le scotch Washi est un allié précieux pour une couturière. Que ce soit pour marquer ta machine à coudre ou pour assembler tes pièces de patrons, c’est toujours utile et plus facile à manipuler que du ruban adhésif ordinaire (trop collant).

Où le trouver? Kinokuniya, Yodobashi Camera (parmi d’autres produits électroniques) offrent une bonne sélection de rubans de washi, encore plus facile, va aussi voir l’allée « matériel de bureau » des supermarchés Family Mart, que tu croisera partout là-bas.

sewing-tokyo

2. Petits coupons de soie

J’ai trouvé de très belles soies ici et là avec de belles variétés dans les couleurs. Ça met l’eau à la bouche ET ça ne prend pas beaucoup de place.

Où les trouver? Quelque part perdu à Kyoto. J’ai complètement zappé de garder l’adresse…

sewing-tokyo

 

Option 2 : Tu as UN PEU plus de place

1. Une ceinture de Obi

Tu aurais aimé acheter un de ces kimonos magnifiques MAIS tu n’avais vraiment pas la place ? Et pourquoi pas une version réduite du même concept ?

Parce que perso, chaque fois que j’ai croisé une femme en kimono, mes yeux se sont instantanément collés à la ceinture, le célèbre Obi. Il est assez étroit (autour de 30cm) mais assez long (4m si ce n’est plus) et généralement fait de soie avec de superbes broderies.

Où les trouver? La plupart des sociétés de location de kimono comme Wara Plus à Nara proposent également de vendre certains de leurs biens. On pourrait penser qu’il s’agit de rebuts tout tachés et déchirés, mais comme nous sommes au Japon, la plupart de ceux que j’ai trouvés étaient… impeccables (à mes yeux en tout cas). Le moins cher que j’ai vu était à 15 euros. Les styles sont sans fin, alors fais toi plaisir !

Oh et, si tu n’as VRAIMENT pas trouvé de place dans ton sac, il y a de bons plans sur Etsy comme dans cette boutique.

sewing-tokyo
Une boutique de location à Kyoto
sewing-tokyo
Une autre à Nara

sewing-tokyo

sewing-tokyo

sewing-tokyo

2. Un Coupon de Tissu 

Revenir à l’essentiel est aussi possible au Japon, en allant dans un bon vieux magasin de tissus. C’est ce que j’ai fait à Kyoto. La plupart des choix étaient similaires à ce que j’avais à la maison, donc pas intéressant jusqu’à ce que…. Je déniche une section dédiée aux tissus « kimonos » (exemples ci-dessous), avec petites chutes prêtes à l’emploi. Parfait pour des pochettes, des détails de veste, des poignées de sac.

Où les trouver? Je suis allé au magasin Nomura Tailor au centre-ville de Kyoto. Il avait une bonne sélection d’articles et c’est proche du centre donc facile d’accès. Une amie m’a aussi recommandé Nippori Fabric Town, une rue à Tokyo pleine de magasins de tissu (tout spécialement Tomato le « Marché Saint Pierre » du coin). Yuzawaya, magasin d’arts plastiques en tout genre est à noter aussi ainsi que Joyful Honda.

sewing-tokyo

3. Un Yukata

Si tu séjournes dans un Ryokan (pension traditionnelle japonaise), il y a de fortes chances que tu portes un de ces peignoirs de bain bleus. C’est confortable, c’est élégant, j’ai adoré ! Ils sont faits de coton et se composent d’une seule couche. C’est donc facile de lui trouver une place dans ses bagages.

Où le trouver ? Si tu veux ramener une Yukata à la maison, ton hôtel proposera probablement de vendre les leur. Sinon, de nombreuses boutiques touristiques (sauf les minus) t’offriront un large choix. Il suffit de vérifier que c’est bien du coton. Si tu veux rester fidèle aux couleurs traditionnelles, il faut opter pour  le bleu, le noir, le vert foncé. Ce sont les plus fréquentes que j’ai vues.

sewing-tokyo

sewing-tokyo

Option 3 : Tu as BEAUCOUP de place (vénard(e))

1. Un Véritable Kimono 

Assez d’espace pour ramener à la maison une de ces beautés en soie ? Fais-toi plaisir ! Mais garde quand même à l’esprit ce que tu en fera : le porter (pourras-tu le laver et comment ?), l’utiliser comme décoration ou le défaire pour en faire un nouveau vêtement (pour un kimono taché par exemple, ou un avec des trous)

Où le trouver ? Même chose que les ceintures Obi : location et boutiques de souvenirs. Les meilleurs que j’ai trouvés étaient à Kyoto. Les prix peuvent descendre à 20 euros et monter…. sans limites ! A notez également, la couche extérieure n’est qu’UNE seule des pièces qui constituent un véritable kimono, le porter « comme il faut » demandera un peu plus d’effort et d’investissement. Jetez un coup d’oeil à mon article précédent sur devenir une Geisha pour voir ce que je veux dire.

sewing-tokyo

2. Une Machine à Coudre 

Je suis une grande fan des machines à coudre Brother qui est une marque japonaise. Je ne les ai pas trouvés particulièrement bon marché, mais à tenter si tu es joueuse.

Remarque : tu peux tout à fait garder une machine comme bagage à main dans un avion. Tu as juste besoin de :

  1. retirer l’aiguille
  2. vérifier que tu ne dépasse pas le poids limite maximal (exemple : ma machine électronique assez lourde = 9 kg donc c’est ok)
  3. l’emballer de façon à ce qu’elle ne cogne rien quand elle est portés.

Où les trouver Tu les trouvera dans des endroits comme Yodobashi Camera qui proposent un bon assortiment de machines à coudre.

sewing-tokyo

Oh et petit apparté, ne va pas au Kyoto Costume Institute à moins que tu n’aies une raison très spéciale.

sewing japan

L’endroit n’est pas vraiment conçu pour le grand public et tu ne pourra accéder qu’à une petite pièce avec seulement une poignée de vêtements…. Comme je l’ai douloureusement découvert moi-même !

sewing japan
grosse, grosse, groooooosse déception.

 

Pour aller plus loin

Kyoto’s historical Fabric District

Es-tu déjà allé(e) au Japon ? qu’as tu rammené ? Rêves-tu d’y aller ?

La bise

Alicia

 

Un avis, une question? A vous le micro !