#DIYCouture : Faire sa robe de mariée 1/2

Folie ? Rêve inaccessible ? Mais-tu-es-dingue-comment-vas-tu-y-arriver ? Si (comme moi) ce genre de remarques est plutôt du genre à vous inciter à persévérer dans votre erreur, plutôt qu’à baisser les bras, je vous emmène dans un fabuleux voyage au pays de s falbalas en tulle et autres froufrous en dentelle crème. Qui sait ? peut être suivrez-vous mes traces…

Une robe de mariée 1-2

C’est officiel depuis maintenant près d’un an et demi, Bibi va se laisser passer la bague au doigt un beau jour (on espère…) de juin prochain. Et bien que je n’ai pas rêvé de la fameuse robe blanche depuis toute petite, la quête du Saint Grâal faisait partie des plaisirs de l’affaire dont je n’allais pas me priver…

IMG_4042

Mais pas que. Car évidemment l’idée de la faire moi-même m’est venue assez rapidement. Et là patatra ! Tout le monde a essayé de m’en dissuader : « mais je te connais, tu ne sera jamais prête à temps » « tu vas te rajouter un stress supplémentaire » « tu n’as pas assez de compétences techniques »… (bon ok certaines de ces remarques venaient directement de mon double maléfique, mais vous voyez le tableau).

Comme toute bonne mariée qui souhaite garder un semblant d’harmonie avec son entourage, j’ai compromis… mais sans abandonner mon idée de départ !

Soit, le jour-J ma robe serait faite par un pro (merci Papa Maman !) MAIS je ferais ma robe de mairie. Et non, elle ne sera ni sobre ni courte. Elle sera longue, blanche et aura double ration de dentelles. Et puis la mairie sera la veille, comme ça je la porterai plus longtemps. Nananère.

J’ai tenu bon et franchement je ne le regrette pas !

Si vous aussi l’aventure vous tente, voici quelques conseils ci-dessous qui vous seront bien utiles…

1. Une longueur de robe tu choisiras

Premier choix, décidez-vous sur la longueur de votre robe. Une robe longue n’est pas forcément plus difficile ou facile. En revanche il faudra davantage de tissu (ce qui impactera votre budget, on y vient plus tard). Grosso modo, 3 formats sont possibles, sauf si vous voulez faire bisquer la grande tante avec un balais dans le…:

au genou… (et même un peu au-dessus)

4cf7a2ad94637b88c5ee5dec3d350bb0

Une robe Marie Laporte très simple en apparence mais délicate et bien coupée (j’adore les boutons ^^)

à la cheville…

351fddf0254f4f91afb25e0a7afcd845

très joli sur elle sur moi ça me donnais un air « petit boudin » vraiment sympa

jusqu’aux pieds…

306f5e37ca76b90ba10f75c82251f70d

Une robe d’une créatrice qu’on ne connait pas trop en France Anna Campbell, avec de jolies inspirations vintage

et pour celles qui vraiment, ne veulent pas choisir…

787af17c7ebb9bc4efb400b6d06dc87c

Une robe signée Rime Arodaky, furieusement moderne, on aime ou pas évidemment…

2. Aux patrons de robes de mariée, tu ne te limiteras pas

Cela peut paraître bête mais autant le dire : les patrons de robe de mariée qui existent sont assez atroces démodés…

Et ce n’est pas parce que le dessin sur le patron figure une robe rose que vous ne pourrez pas le faire en blanc, alors lâchez-vous ! De même, des patrons de robes courtes peuvent être allongés. Il y a une véritable mine dans les patrons de déguisement qui ont aussi l’avantage de ne pas bénéficier de la surtaxe « Il-y-a-écrit-mariée-dessus-je-peux-te-le-faire-payer-une-blinde ». Alors on part explorer sur internet et dans sa boutique de mercerie spécialisée préférée ! On peut même envisager des mix & match avec 2 patrons différents du moment que les coutures à la taille tombent aux même endroit où qu’elles peuvent être cachées par un ruban.

3.Un budget tu détermineras

Dans le commerce il y a à peu près tous les prix. Si on souhaite une belle marque, on peut trouver de très jolies choses autour de 1 000 euros et du 2ème main autour de 500 euros. On peut aussi trouver pour moins et pour beaucoup plus of course, là je vous fais le plan « bon rapport qualité prix ».

Comme je l’expliquais dans un précédent post, coudre maison n’est pas forcément signe d’économies. Vous ne bénéficiez a priori pas des réductions d’un Pronovias qui achètera par centaine de mètres ses tissus. Pour autant, ma robe « faite maison » m’aura coûté autour de  300 euros pour :

  • 4 m de satin de soie (de mémoire)
  • 4m de doublure (3m d’antistatique pour éviter que la robe ne « colle » aux jambes, 1m de maille pour que le bustier soit confortable et bien opaque)
  • 2 m de dentelle de calais rebrodée
  • 1m30 de dentelle rebrodée plus étroite assortie
  • fil, fermeture éclaire invisible
  • 3 sachets de boutons en tissu à réaliser soit même

Evidemment si vous souhaitez une robe tout en dentelle, la tarif va grimper facilement. Attention aussi à la manière dont la dentelle est coupée : si vous devez accorder des motifs ensemble, il vous faudra surement plus de tissu pour effectuer les raccords. Dans mon cas, l’achat d’un ruban en dentelle était plus intéressant car j’ai eu accès à davantage de motifs pour un coup moindre (le mètre de dentelle de calais peut atteindre 100 euros assez rapidement…)

Niveau accessoires :

J’ai rajouté un jupon chiné sur le Bon Coin pour 60 euros

3 barrettes Parfois à 12 euros

70842e444582ecc233b625ef5a2780b6

des supers chaussures cuivre soldées à 50 euros.

4.A un seul modèle tu te tiendras… sans changer 30 000 fois d’avis

Ca y est, vous avez trouvé le modèle de vos rêves, vous vous êtes lancée… et puis vous avez croisé dans une boutique une adorable robe qui vous plait tout autant… Du coup dilemme car vous avez envie de changer d’idée…

Par exemple si vous tombez sur cette chose étrange et délicieuse, avec un esprit « faux cul » affreusement tentant…

ec36cdf48ca8a08a833143bd1633b06c

NON

NON

ET NON

Si vous voulez avoir une chance de finir dans les temps, il vaut mieux bien réfléchir à ce que vous souhaitez faire AVANT de vous lancer. Et ne plus bouger (enfin plus trop).

Mon conseil ? On fait quelques essayages de robes en boutique pour déterminer le style qui nous va. Il n’y a rien de pire que de se retrouver une fois la robe finie avec un produit peu flatteur…

5.Une toile tu créeras

Pour Bibi, c’était la première fois que j’investissais dans un tissu aussi cher. A la base, j’ai souhaité réaliser une copie d’une robe de chez Cymbeline que j’avais essayé en boutique :

INDULGENCE.thumb

Indulgence2

Ensuite en voyant le budget dentelle que cela représentait, je me suis rabattue sur une très jolie création Caroline Takvorian :

Evidemment, impossible de trouver un patron qui s’en rapproche, je me suis donc lancée dans l’adaptation de mon patron de base décrit dans cet article. La difficulté principale résidait dans l’assemblage du dos avec le devant. Je le saurai pour les prochaines fois, la maîtrise du dos nu est plus complexe qu’il n’y paraît !

Si le dos allait à peu près, c’est le devant qui n’allait pas et vis versa…

Après 2 toiles réalisées il a fallu me rendre à l’évidence, la robe dont je rêvais s’avérait trop difficile pour mon niveau. Deux choix s’offraient à moi : persévérer pour gommer les problèmes (c’est trop serré ici, ça baille là…)

ou… changer de modèle.

Et là je me suis bénie de ne pas avoir tenté ça directement sur le tissu final !

Alors pour quelle option ai-je finalement opté ?

Et bien il faudra encore un peu de patience pour le découvrir (et oui, pas de spoiler avant le big day !)

A votre avis cela ressemblera à quoi ?

 

9 commentaires Ajoutez les votres
  1. Je pense que tu as choisi le mix de la robe dos nu avec les boutons et tu as rajouté de la dentelle. Après c’est un mystère! Ton choix de robes est superbe! J’adore justement la première en satin avec les boutons et la robe longue vintage en dentelle. Enfin, il y en a trop pour mes mirettes! Alors comme ça tu te maries?

    1. Tu n’es pas… loin du compte 🙂 Et oui une grande affaire qui m’a bien occupée cette année. Mais je garde toujours un peu de temps pour le blog et la couture ! Faire ma robe était un bon moyen de concilier les deux sans avoir l’air d’y toucher  » mais bien sûr que j’organise le mariage là, regarde je bosse sur ma robe… » ;-P

Un avis, une question? A vous le micro !