Robe Saint Valentin : le making of 2/2

Bon assez ri. Le semaine dernière, je vous dévoilais le photoshoot dans les rues de San Francisco. Vous ne l’avez pas vu ? Il est ici. Comment fait-on une robe du soir en velours ? Est-ce si difficile à travailler ? Comment créer une robe à effet taille fine pour sacrifier à la tendance sans avoir l’air d’avoir mis sa robe de chambre pour sortir ? On va couvrir tout ça ensemble, ne vous inquiétez pas…

img_0874

Dans l’article de la semaine dernière, je vous présentais ma robe spéciale St Valentin en velours réalisée par mes petits doigts. Si vous voulez vraiment tout savoir, cette robe était plutôt destinée aux fêtes de fin d’année mais who’s counting…

McCall Pattern Hacking

La robe est un « hacking » de ce patron McCall’s

m7047_a
Pour cette nouvelle robe, j’ai pris pour modèle la Barbie brune à droite, avec les sequins roses

Je l’avais déjà utilisé pour la jupe de ma robe de sirène pour Halloween.

img_0666

Il est facile à coudre et très « versatile » : on peut en faire un peu ce qu’on veut.

Le choix du velours stretch était un véritable plaisir : pas besoin de faire de toile (il suffit de ne pas couper trop juste), pas de boutons ni fermetures éclaires (on l’enfile facilement grâce au décolleté du dos)… Un vrai pyjama !

davdav

J’ai visé pas trop moulant au niveau de la taille pour garantir un beau tombé sans bidou apparent (vu que c’était pour les fêtes à la base…).

Mais je trouvais la robe un peu simple en elle-même. Je voulais créer un look qui souligne visiblement la taille (atout number 1 des silhouettes dans mon genre) et qui fasse plus tendance qu’une simple robe fourreau bleue.

Hop ! ni une ni deux, j’ai rajouté à la main deux losanges de tissu « brocart » doré effet « peau de serpent ».

sdr
vue depuis le côté
dav
Pour que vous vous rendiez mieux compte : à gauche l’effet « taille de guêpe » avec le losange doré, à droite sans effet, tout bleu tout simple

Coudre du velours

Vous ne pouvez pas l’avoir manqué, le velours est le matériau chouchou de cet automne/hiver et j’ai rapidement succombé à la tentation comme il se doit. Mais comme j’avais passablement galéré avec le tissu à sequin (il faudra que je vous raconte, ce n’était pas de la tarte), c’est avec appréhension que j’amorçais ce virage « velouresque », tissu lui aussi tristement célèbre…

Au final, beaucoup de bruit pour rien. Le velours stretch s’avère assez facile à travailler (et moins cher en cas de dégâts).

Perso, voici mes 3 règles d’or pour que tout se passe bien :

  • Couper bien à plat toutes ses pièces ( pas de tissu trop tendu, pas de tissu plié en deux pour gagner du temps)
  • ne pas laisser les épingles trop longtemps dans le tissu (ça marque facilement si on les laisse quelques jours par exemple)
  • tester la tension du fil sur des chutes avant de se lancer

Pour celles qui hésiteraient, voici les articles qui m’ont le plus aidé (certains sont en anglais, attrapez votre dico préféré !) :

Plus généralement, vous pouvez aussi vous abonner à mon tableau Pinterest pour les tips et inspirations :

Coudre un brocart doré

j’ai choisi au dernier moment de rajouter un « appliqué » en brocart.

La barbie californienne en moi s’est réveillée en voyant ses beaux tons chatoyants. ça tranchait aussi assez agréablement avec le bleu nuit de la robe. Alors quitte à faire du « evening wear »…

« Appliqué » cela signifie qu’il est cousu au dessus du velours et non pas inclus dans le patron d’origine de la robe. Si on n’a pas peur d’un peu de travail à la main c’est même plus facile. Le jour où j’en aurai marre, hop ! Un coup de ciseaux et il disparaît…

Les 3 choses à savoir avant de coudre une brocade : 

  1. Faire attention,  les petits fils de ce tissu délicat auront tendance à s’accrocher partout (bague, bracelet)… Il est donc préférable de l’utiliser en « finitions » de robe, lorsqu’il n’y a plus trop de manipulations à venir
  2. ça gratte. Et oui malheureusement. Donc s’il est utilisé à même la peau, on prévoit une doublure !
  3. 0% stretchitude : ça se détend dans un sens mais pas dans l’autre et c’est assez rigide de manière générale. l’astuce que j’ai utilisé ? Je l’ai cousu avec la robe posée sur mon mannequin. Comme ça on voit tout de suite le rendu>

 

Détails techniques :

Prix de la création : 45 euros 

  • 10 euros de patron (et encore, c’était de la récup’) acheté en ligne (McCall’s fait régulièrement des ventes flash à prix réduit)
  • 25 euros les 2m50 de tissus en velours (et autres fournitures) chez Discount fabric
  • 10 euros pour 1 mètre de tissus lamé effet croco (mais j’ai plein de chutes utilisables)

 

Et vous, vous avez fait ou acheté des choses en velours cette année ?

La bise

Alicia

img_0950

how-to-take-betterfamily-vacationpictures-3

 

 

3 commentaires Ajoutez les votres
  1. Cette robe est vraiment très jolie ! Je ne me suis pas encore lancée dans la création en velours, mais ton modèle qui souligne joliment la taille donne envie de s’y mettre 😉
    Bravo et merci pour tes astuces…

    1. Merci ! Franchement j’ai été agréablement surprise, ce n’est pas aussi difficile que certains articles le font paraître. Contrairement au sequin par exemple qui ont été horribles. Plus j’avance et moins j’ai envie de faire des vêtements inconfortables aussi, ça te fait ça à toi aussi ? Parce que dans le fond, quand c’est galère à porter ben…. ça reste au fond du placard 😉

Un avis, une question? A vous le micro !