En 2017, On coud OR-GA-NI-SÉE !

C’est un peu tard pour vous souhaitez la bonne année ? Tant pis je tente ! Car oui c’est vrai, j’ai pris mon temps pour reprendre la plume. Non pas que je n’avais rien à vous raconter, loin de là. J’ai entassé les brouillons d’articles inachevés sans trouver le courage d’apporter la touche finale. Alors allez hop, je me reprends : pour commencer l’année en beauté, on va résoudre ensemble l’équation : pas d’atelier + trop de tissus + un mari qui prétend qu’on envahit le salon + x = sewing happyness. En bref comment coudre efficace quand on n’a pas de place… Here we go !

Ces dernières semaines…

Comme je vous le racontais dans mon précédent article, j’ai été nominée pour le Liebster Awards auquel l’une de mes nominées vient de répondre ! Si vous croyez que les grands mères sont perdues pour la cause d’internet, Big Mammy va vous faire changer d’avis. Elle en connait aussi un rayon question couture alors allez jeter un oeil ;-).

Après mon passage en France, je ramène mon lot de kilos en trop, de shopping et de tissus glanés de-ci de là. J’ai aussi remarqué à quel point mon appart commençait à suffoquer sous la poussée du matos de couture qui déborde de tous les placards…

Les râlerie de mon cher et tendre seraient-elles justifiées ? Bon ok peut être.

dav

Voici mes possessions rangées à la va-vite dans des sacs. j’avoue, ça ne donne pas vraiment envie là comme ça. Pourtant il y a des trésors dans le lot !

dav

Une fois sorti des sacs et triés, voilà l’ensemble de mes trésors.

Bonne résolution 2017 : on met K.O le bordel

Tout ceux qui me connaissent/ qui m’ont élevé vous le diront : le rangement n’a jamais été mon forte. Certes, je m’incline devant la sagesse de la nouvelle tendance au « minimalisme » mais elle vient se télescoper avec mon esprit conservateur. De ce fait, ma garde robe n’a rien d’épurée, j’en ai peur (dixit la nana qui a donné 5 sacs de fringues avant de déménager outre atlantique). Certes 7 fringues seraient surement suffisantes à mon bonheur quotidien mais qui peut résister à cette adorable robe à petits motifs renard ?

Le soucis c’est que ce fatra permanent n’aide vraiment pas à la créativité. Même si cela semble inventé par les gourous marketing de chez Ikea, force est de constater qu’on a plus de coeur à l’ouvrage dans un espace dégagé et bien organisé.

De l’impossibilité d’habiter un 300 m2 à San Francisco

Oui sauf que, le prix du loyer à San Francisco, – plus de 2 fois celui de Paris centre – a d’emblé sonné le glas de mes rêves d’atelier-qui-deviendra-peut-être-une-chambre-d’enfant-ou-pas.

Alors comment faire ? On fait marcher sa cervelle.

Leçon n°1 : on wheels baby !

Pas de pièce en plus mais un grand dressing/placard ? Hop, on fait une petite place pour un chariot qui permettra aux objets qu’on sort tout le temps de bouger facilement et de se ranger sans difficulté.

J’aimais beaucoup ce modèle de chez Ikea mais il fallait être raisonnable : ma machine à coudre (principale raison du bouzou) n’allait pas rentrer, même au dessus.

Les modèles en métal me faisaient vraiment trop penser au nécessaire d’un chirurgien, j’ai donc opté pour cet article prévu à l’origine pour la cuisine :

IMG_20170118_152619.jpg

La desserte Sunnersta – Ikea – 30 euros 

Astuce : sur ce modèle, on peut monter les plateaux à l’envers, comme ça ce qu’on pose dessus est retenu par ce petit rebord. Pratique quand on incline le tout le temps du « trajet ».

dav

Bonne nouvelle, c’est aussi le moins cher de sa catégorie (à peine 30 euros). Alors, c’est plus mignon en bois et métal mais avec de jolis paniers à pois dorés trouvés à Marshalls, c’est pratique ET pas trop moche.

dav

Perso j’ai rajouté des crochets sur le côté. Pratique pour y accrocher un kit de couture « volant » à attraper rapidos avant de partir.

dav

Leçon n°2 : Dear sewing diary, today I…

Avouez-le, il vous arrive de tomber sur des tissus que vous aviez zappé avoir acheté ? Ou alors vous pensiez avoir telle quantité de ce tissu et puis non. Mais vous avez quand même acheté un patron qui ne servira pas du coup.

La solution est simple : on fait comme les pro, on tient un journal de couture.

L’idée m’est venue en allant voir l’expo « anatomie d’une collection » au musée Galliera. Que je vous recommande d’ailleurs, malgré toutes les critiques qui ont plu sur le net à son sujet !

dav

Il s’agit d’un petit carnet de la première d’atelier Dior. Elle y note le métrage de tissus, le nombre d’heures consacrées, un petit croquis.

Dans mon cas, je suis une cause perdue du dessin, j’ai donc opté pour une version plus simple avec un compte rendu de mes tissus :

 dav

on prélève quelques échantillons…

dav

… qu’on épingle sur le petit carnet à emmener dans sa prochaine descente à la mercerie / boutique de tissus ! Ainsi, aucun risque de se tromper de couleur de fermeture éclair ou autre mégarde.

Autre avantage, le carnet permet d’éviter les doublons qui encombre notre précieux espace. Le feuilleter permet aussi de redécouvrir ce que l’on a en sa possession, bien pratique pour coudre efficace !

Et vous ? que faite vous pour ne pas être envahi (littéralement) par votre fièvre de couture au quotidien ?

10 commentaires Ajoutez les votres
  1. Comme quoi, il y a certaines résolutions qu’on réussit à réaliser ^^
    Je crois que j’ai le même profil que toi: bordélique… et pourtant j’aime tellement quand les choses sont en harmonie (paradoxe, oui).
    Du coup, l’une de mes résolutions a été la même que la tienne: mettre de l’ordre dans mon coin couture! Moi j’ai de la place (relativement), mais zéro placard dans cette maison, ce qui représente un défi quotidien. Je m’y suis mise le weekend dernier, et je suis assez satisfaite du résultat: c’est enfin rangé et fonctionnel! Je vous présenterai sans doute ça dans un prochain article.
    Mais bravo pour avoir réussi à faire tenir tout ton nécessaire à couture sur cette desserte, ce n’est pas facile de devoir tout réinstaller à chaque fois que tu veux coudre! Et le carnet est vraiment une super idée!

  2. Super article ! Pour la partie bordel, je n’ai malheureusement pas de solution… d’autant que mon bureau devrait rapidement devoir se frayer une place dans ma chambre… adieu mon atelier et bonjour le micro espace !
    Pour la gestion des stocks, par contre, j’ai numérisé toutes les infos de mes patrons et mes tissus, c’était long, c’était dur mais c’est génial à utiliser au quotidien. Je sais ce que j’ai comme métrage, combien il faut pour tel patron… J’ai utilisé Trello. Il y a un article sur mon blog qui explique tout dans « couture » en aout 🙂

  3. J’aime beaucoup ta nouvelle organisation ! L’idée du chariot est vraiment excellente, cela permet de ne pas encombrer, mais aussi de se déplacer. Et tu l’a décoré avec beaucoup de goût : les boites sont trop jolies…
    Ici, le déménagement rime avec plus de place : à moi un espace dédié !!! (Surtout quand l’électricité sera refaite ! 😉 ) Ok, ce sera notre espace de coworking avec l’Amoureux, mais j’ai une armoire dédiée aux tissus, je réfléchis à l’organisation de la mercerie et des patrons (livres, pochettes, ceux déjà copiés). Je pense que je vous présenterai ça à différentes phases de l’aménagement !
    Sinon, l’idée du carnet est vraiment chouette ! Je n’y aurai pas pensé, ça évite de se retrouver avec des tissus trop similaires ou de ne pas trouver le bouton, la fermeture éclair qui va bien… Je note l’idée. J’ai fait une tentative avec une gestion Excel, mais le résultat n’est pas la hauteur de mes attentes… Je crois que je ne suis pas assez assidue ! Je vais aller jeter un oeil à Trello dont parle 2 doigts d’idée.

    1. Oui quand j’ai montré le chariot à l’homme il a eu un petit recul d’horreur genre  » ne me dit pas qu’on va acheter ça même si c’est pas cher si ? » Mais au final ça s’arrange plutôt bien grâce aux paniers.
      Un atelier… mon rêêêve (quoi que, pour avoir eu celui de ma grand-mère, c’est dur de ne pas se faire envahir aussi : plus on a de place… un peu comme les sacs à main quoi !) mais quand même, quelle chance ! Les cartons se défont bien ?
      Oui le plus dur avec ce genre de système c’est que pour être efficace il faut être assidu. J’ai fait exprès de prendre un carnet petit (il se glisse dans mon sac à main) et un système d’attache ultra rapide : une épingle, une bafouille et hop fini ! En plus ce que je trouve difficile par informatique c’est d’avoir un bon rendu de la vraie couleur + de la texture de ce que l’on a. Maintenant reste à voir si je vais tenir la distance ;-). C’est un bon moyen de me souvenir de ce que j’ai fait aussi, même si je n’ai plus le tissu, je garde une trace.

  4. Je confirme, le cahier tissu c’est juste indispensable, pour noter le tissu sa composition, le métrage et quoi en faire (mais ça je change souvent d’idées!)
    Moi je coupe 2cm2, et j’agrafe tout bêtement.
    Comme ça plus besoin de bouléguer (hum pardon bousculer) toute l’armoire pour savoir quel tissu fera l’affaire avec tel patron.

  5. Ah ! La couture c’est tellement bordélogène … j’aime bien l’esprit minimaliste et tout mais pour ce qui est de la couture, c’est le contraire, je fais du maximalisme … J’essaye quand même de ne pas acheter de coupons sans avoir un projet derrière, mais je n’arrive pas toujours à tenir cette résolution !! Vivement mes nouvelles étagères !

    1. Oula oui, moi même à part quand je descends à la tronçonneuse une ou deux fois par an j’ai du mal à tenir ces bonnes résolutions. Pourtant c’est nécessaire sans atelier dédié…

Un avis, une question? A vous le micro !